Inondations en Côte d’Ivoire: à Abidjan, l’heure du deuil et des questions
Le jour d'après, en Côte d'Ivoire où au moins 20 personnes sont mortes dans les fortes inondations qui ont touché notamment Abidjan après des

FATOU DIOP NDIENA SUR SON MALE «Pourquoi j’ai refusé une proposition de 30 millions sur ‘Minké’»

De sa lignée animale et de par ses origines «Minké» est le fils de «Balotelli», le petit fils de «Soora» qui est le fils de «Tyson». Sa mère est la fille de «Gouy-Gui» de Baye Balla Gueye qui est le fils de «Sarkozy», qui est le fils de «Petit-Henry» qui est le fils de «Battling». Ce «monstre» est aujourd’hui la convoitise de beaucoup de bergeries. Mais dans cet entretien, Fatou Diop Ndiéna de préciser qu’il est sans prix.

 D’où proviennent vos Ladums ?

J’ai acheté mon premier Ladoum chez Maodo Lo à Yembeul à 350 000 francs CFA en 2009 et une autre à 850 000 francs CFA. D’ailleurs une de ses femelles a donné naissance à un beau mâle «Yassir» que j’ai vendu à son dix-huitième mois au président des éleveurs de Ladoum de Touba, tonton Bada Dieng. Ce même mâle a plus tard, remporté le prix du meilleur mâle à Touba. Donc, vous constaterez que «Minké» n’est pas le premier champion qui a vu le jour dans ma bergerie. J’ai acheté aussi d’autres chez des éleveurs connus comme Baye Balla Gueye de Bene-Barak, Cheikh Diop La Rochette, Djiby Wade à Keur Massar, Abou Kane de la bergerie Galoya et le Président de ADAM et du FENAFO (Fédération Nation des Acteurs de la Filière Ovine), Seydi Laye à Malika, Ma Ibra Diagne à Castor, Djiby Gueye à Rufisque. Sans oublier mon frère Pape Ndiaye Ibadou de Pikine, tous des amis à mon mari et de très bons conseillers qui ont tous d’une façon ou d’une autre participe à la victoire de la bergerie Minké donc cette victoire est aussi la leur.

Et justement quelle est la valeur marchande de Minké aujourd’hui ?

Depuis qu’il est sorti vainqueur de la compétition, il y’a des offres naturellement. On a entendu des 20 millions, des 25 millions, des 30 millions. Pour l’instant, moi je ne suis pas intéressé de vendre «Minké». Il y’a cette valeur émotionnelle, c’est un membre de la famille. C’est pour ça que j’ai dit non à une offre de 30 millions. «Minké», c’est notre base de travail, ses produits sont exceptionnels. On aurait voulu que son sang soit éparpillé dans toutes les bergeries du Sénégal.

Mais comment un mâle aussi géant est passé aussi longtemps inaperçu ?

Je dois avouer que je ne suis pas encore un nom très connu dans le monde de l’élevage du Ladoum. Et ma bergerie ne reçoit pas des trentaines de visiteurs par semaine comme certains éleveurs que mon mari et moi connaissons personnellement. Je crois que ce facteur a contribué à la grande surprise. Mais pour d’autres éleveurs comme Ciré Diakhité, Nass Sow, qui l’ont suivi «Minké» de près et l’on fait connaitre à d’autres à travers les réseaux sociaux, je ne pense pas que pour eux la victoire et le record de «Minké Sarri» ne soit vraiment une grande surprise. Je pense notamment à Daouda Gueye un pionnier dans l’élevage du Ladoum, le vétérinaire Dr Malick Boye, Moussa Yade, sans oublier mes amis de Diameuguene ils se reconnaîtront tous et la liste est longue. Je suis aussi de l’école de pensée qui définit l’élevage du Ladoum comme la persévérance dans le travail, la discrétion et la patience, voici pour moi la clé du succès.

Comment vivez-vous votre victoire dans un milieu prédominé par les hommes ?

Il faut reconnaitre que nous vivons dans une société rationnelle et dans une société d’homme et sans l’aide des hommes, et les bénédictions de mes parents cette victoire serait quasiment impossible. Et le premier des hommes à remercier, c’est mon mari et ensuite remercier sans oublier personne, l’ensemble de nos amis éleveurs. Mais aussi lancer un appel aux femmes en général et à la femme au foyer en particulier qu’il est possible d’associer la vie de ménage à l’élevage domestique. Et surtout un appel sensible aux autorités de ne pas prêter qu’une oreille vaguement compatissante à cette victoire, mais plutôt la considérer parmi une des solutions au chômage dans ce pays que nous aimons tous.

Qu’est-ce que donc la bergerie Minké attend donc des autorités ?

Sachez que je ne suis pas et ne me déclare pas le porte-parole de ses grandes organisations comme le REB ou ADAM bien que membre à part entière. Cependant, je crois que je ne ferais pas justice à la cause de tous les éleveurs de Ladoum du Sénégal si je ne parle pas des problèmes auxquels nous faisons tous face à savoir l’aliment, les médicaments, l’entretien, sans oublier la sécurité. Tout cela est extrêmement coûteux et je ne suis pas la première «Ladoumiste» à souligner ce problème, car mes prédécesseurs ont amplement développé sur ce sujet. Donc, il est de mon avis personnel que les autorités doivent être des partenaires beaucoup plus actifs et constants dans l’élevage du Ladoum et apporter des aides beaucoup plus agressives aux éleveurs.

Ces victoires ces records battus ne vont-ils pas changer votre personne ?

Ces victoires je les vis dans l’éternel remerciement du Créateur des hommes, Maitre des hommes et Seigneur des hommes et envoie des prières sans cesse sur l’Imam de tous les prophètes Mohammad (PSL). Sachez que cette victoire n’est pas la mienne, ni de la bergerie Minké mais plutôt la victoire de tous les passionnés de l’élevage du Ladoum. C’est une victoire dédiée à la REB et à L’ADAM et tous les amis de la bergerie «Minké», les vétérinaires tout comme les visiteurs occasionnels je dirais que Allah a entendu leur prières. Aujourd’hui, certes Allah a utilisé comme véhicule la Bergerie «Minké» pour établir de nouveaux records mais vous devez aussi savoir si tel est Sa volonté, il pourrait utiliser une autre bergerie pour faire d’autres exploits encore plus grand dans l’élevage du Ladoum, donc je reste reconnaissante envers mon Créateur.

Karamba NDIAYE

Commentaires

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*