Inondations en Côte d’Ivoire: à Abidjan, l’heure du deuil et des questions
Le jour d'après, en Côte d'Ivoire où au moins 20 personnes sont mortes dans les fortes inondations qui ont touché notamment Abidjan après des

AUTOROUTE COTIERE DAKAR/SAINT-LOUIS: Le tracé et l’étude environnementale inquiète les zones desservies…

Un Comité régional de développement (CRD) sur l’autoroute côtière Dakar/Saint-Louis s’est tenu, hier, à Dakar. Défini sur 195 km de route, avec 10 diffuseurs, un système de péage fermé, avec deux gares pleines voies et 10 gares sur brettèles, le financement de la première phase sur l’axe Dakar-Lompoul, long de 114 km, est déjà acquis. Sauf que le tracé présenté par l’AGEROUTE aux acteurs est devenu une source d’inquiétude.

Les principales desservies sont : Lac Rose, Kayar, Notto, Mboro, Tivaouane, Mékhé, Lompoul, Kébémer, Potou, Louga et Saint-Louis. Et des élus, à l’image de Momar Sokhna Diop, maire de la commune Tivaouane Peulh-Niague, attendent que la procédure de libération des emprises soit respectée.

«Nous avons des inquiétudes, mais le nouveau tracé qu’on nous a présenté aujourd’hui impacterait moins sur l’existant. Nous avions par le passé un tracé qui touchait certains villages. Mais celui-ci impacte moins les habitations, les occupations et les sols. Ce nouveau tracé, à priori, est beaucoup plus favorable et permettra de désenclaver la région de Dakar», a-t-il souligné.

«Les services de l’Etat avaient effectué sur le site des destructions, malheureusement ils n’ont pas suivi les procédures normales. Nous le regrettons et nous espérons que cette fois-ci la procédure sera respectée afin que les droits des populations soient préservés», a-t-il ajouté.

Pour le maire, «il est inadmissible de dire que l’impact environnemental est presque terminé, alors que les termes de référence qui sont le soubassement de l’impact environnemental ne sont pas encore définie. C’est un réel problème et je pense que les services ont accepté qu’il y avait une erreur à ce niveau-là. On espère donc revenir dans les meilleurs délais, afin de les définir pour que l’étude d’impact soit réalisée».

…L’AGEROUTE rassure sur la libération des emprises

Toutefois, Bakary Ba, chargé de projet à l’AGEROUTE, a tenu à préciser que l’étude environnementale n’est pas encore achevée. «Le projet ne rencontre pas d’arrêts, il suit son cour normal, on a déjà tenu une rencontre avec les bailleurs de fonds qui sont prêts à financer ce projet. Il faudra que l’Etat de son côté puisse assurer la libération de l’emprise du projet. C’était l’objet de cette rencontre pour que chacun puisse prendre les dispositions pour sécuriser l’emprise du projet dans les meilleurs délais», dit-il.

D’après Bakary Ba, il s’agit d’éviter des problèmes aux populations. «L’autoroute va commencer à la fin de la VDN 2. Les agglomérations qu’elle va traverser sont au niveau de la périphérie. L’étude d’impact environnemental et social qu’on fera également permettra de recenser les problèmes que nous pouvons avoir et proposer des solutions», a notifié M. Ba qui annonce que le démarrage du balisage de l’emprise des travaux est prévu en juillet.

Suzanne SY

Commentaires

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*