Inondations en Côte d’Ivoire: à Abidjan, l’heure du deuil et des questions
Le jour d'après, en Côte d'Ivoire où au moins 20 personnes sont mortes dans les fortes inondations qui ont touché notamment Abidjan après des

PENURIE D’EAU: Ces risques sanitaires qui guettent les Sénégalais

Le manque d’eau constaté ces deux derniers mois au Sénégal ne reste pas sans conséquence. Des risques de maladies guettent les populations qui ne prendraient pas en compte les règles d’hygiène de base possibles à accomplir grâce à l’eau.

En effet, l’approvisionnement insuffisant en eau et la mauvaise gestion des déchets humains peuvent favoriser la propagation de maladies telles que la diarrhée, le choléra, la dysenterie, la typhoïde, l’hépatite, la polio, le trachome et la téniasis, dont un grand nombre peuvent être mortelles pour les habitants du tiers-monde.

D’autres maladies liées à l’eau, comme le paludisme et la filariose, touchent un très grand nombre de personnes dans le monde entier. Ainsi, pour rappel, le paludisme à lui seul fait plus d’un million de morts par an. L’eau insalubre et l’assainissement insuffisant sont les principaux facteurs à l’origine du décès de dizaines de millions d’enfants chaque année, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Des épisodes de maladies d’origine hydriquen dont la diarrhée, font d’ailleurs de gros dégâts chez les enfants, au point de faire beaucoup de victimes. Pourtant, la plupart de ces décès peuvent être évités. On estime en effet que presque la moitié des près de deux millions de décès dus à la diarrhée, chaque année, dans le monde, pourrait être évitée si les populations comprenaient les règles d’hygiène de base.

Les pénuries d’eau contraignent les gens à consommer de l’eau contaminée, à l’origine de maladies d’origine hydrique qui contribuent à accentuer le désastre. Pour preuve, en 2005, 500 millions de personnes vivaient dans un pays considéré comme en état de stress hydrique ou affecté par une pénurie d’eau.

En 2025, leur nombre devrait atteindre 2,4 milliards pour les premiers pays et 3,4 milliards pour les seconds. L’Afrique du Nord et l’Asie occidentale étant tout particulièrement touchées. L’urbanisation croissante exerce des pressions considérables sur les infrastructures existantes d’approvisionnement en eau et d’assainissement.

Les centres urbains dans les pays en développement ont enregistré une croissance rapide sans planification adéquate des infrastructures. Si bien que pour des millions de migrants dans nos pays, c’est l’exorde rural qui les poussent à partir, parce qu’ils ont un accès limité à des conditions d’assainissement sécuritaires et à une eau salubre.

Un tel fléau fait courir des risques à l’ensemble de la population et provoque de graves dommages à l’environnement. Des personnes infectées au VIH, de plus en plus nombreuses, et qui sont particulièrement vulnérables aux maladies et aux infections, dépendent de l’accès à une eau salubre pour leur santé et leur survie.

Et, malheureusement, de nombreux décideurs sous-estiment le rôle essentiel que jouent l’eau, l’hygiène et l’assainissement en vue de réduire la pauvreté. Les avantages pour l’économie et la santé qu’apporte la fourniture d’installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement l’emportent largement sur le coût des investissements.

Suzanne SY

Commentaires

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*