REPRESSION DES ENSEIGNANTS A ZIGUINCHOR

La LSDH condamne et rappelle à l’Etat le droit de marche

La Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH) a déploré la répression des enseignants à Ziguinchor qu’elle qualifie de «démesurée». En effet, face à des enseignants des syndicats d’enseignants regroupés dans le G6 qui voulaient tenir une marche à Ziguinchor, avant-hier, la police a usé d’une pluie de grenades lacrymogènes pour les bloquer en les réprimant violemment.

Dans un communiqué rendu public, hier, Me Assane Dioma Ndiaye et ses camarades ont tenu à rappeler à l’Etat les droits fondamentaux inscrits dans la Constitution. «La Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH) condamne fermement la répression systématique et démesurée des marches et manifestations pacifiques organisées au Sénégal sous le prétexte d’arrêtés d’interdiction préfectoraux», a fustigé Me Ndiaye.

Ainsi, la LSDH a appelé de nouveau l’Etat du Sénégal à «garantir les libertés publiques fondamentales consacrées et garanties par la Constitution et les Conventions Internationales ratifiées par le Sénégal».

La LSDH appelle, en outre, les autorités administratives à se conformer aux différents arrêts rendus à ce jour par la Cour suprême du Sénégal, rappelant que «l’impératif de maintien de l’ordre public doit être concilié avec l’exigence d’un respect des libertés fondamentales consacrées et garanties par la Constitution».

«Aucun pacte de stabilité sociale ne peut survivre à tels agissements»

Dans ce lot d’indignation, la Confédération des syndicats autonomes (CSA) a aussi exprimé «sa vive préoccupation ainsi que ses regrets quant à l’utilisation de la force dans un contexte qui ne le justifiait pas».

Dans son communiqué, la CSA a mis en garde le gouvernement par rapport à «toutes les conséquences qu’une telle attitude pourrait avoir sur sa volonté avouée d’apaisement du climat social. Aucun pacte de stabilité sociale ne peut survivre à tels agissements».

La CSA a, par ailleurs, invité, le gouvernement à retourner à la table des négociations avec des enseignants qui sont porteurs de «revendications justes et légitimes».

Suzanne SY

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*



*