PROJET DE LOI SUR LE PARRAINAGE

Le M23 en phase avec la majorité présidentielle

Le Mouvement des forces vives du 23 Juin (M23) a affiché, hier, son adhésion au projet de loi sur le parrainage qui sera   soumis aux députés le 19 avril prochain.

«Il y a certes certaines inquiétudes, mais le parrainage n’a que des vertus. Il faut s’assurer que le dispositif soit transparent et que personne ne puisse utiliser ce dispositif pour écarter une candidature ou des candidatures», a déclaré Ousmane Ndiaye, Secrétaire général du M23.

M. Ndiaye – qui faisait face à la presse – de faire remarquer qu’«à part le bulletin unique, aucune force politique n’a fait une contre-proposition sur la pléthore de candidats aux élections au Sénégal». «Nous ne pouvons pas ne pas adopter le parrainage, parce qu’en face, il n’y a pas une autre proposition. Nous ne pouvons pas assister 200 candidatures à l’élection présidentielle», a-t-il soutenu.

«Les arguments ne peuvent convaincre les citoyens épris de paix et de démocratie. Les pourfendeurs du parrainage n’ont qu’un projet violent visant à provoquer l’insurrection dans ce pays», a ajouté Ousmane Ndiaye, qui était en compagnie du rappeur El Hadji Dia (Read Bla), de Seydina Bassène, de Pape Phalis Faye, d’Ousmane Oudia Faye, entre autres.

Sur les similitudes entre le projet de parrainage et le ticket présidentiel, il s’est voulu formel. «Nous n’écartons pas un 23 juin bis, mais avec le parrainage, nous ne pouvons rééditer un 23 juin, parce que le parrainage n’est pas une entorse à la démocratie. Vouloir d’ailleurs assimiler le 23 juin au projet de parrainage, c’est souiller la mémoire des martyrs. Notre combat d’hier reste notre combat d’aujourd’hui», a indiqué M. Ndiaye.

Le Secrétaire général du M23 a aussi plaidé pour la poursuite des activités de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI). «La répression de l’enrichissement illicite doit se poursuivre sans aucune rancune et de façon impersonnelle. Les rapports de tous les corps de contrôle de l’Etat doivent être judicieusement exploités et que tous  les délinquants financiers, sans exception aucune, soient traduits en justice et/ou sanctionnés politiquement», a-t-il conclu.

Mamadou Lamine CAMARA 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*



*