POURSUIVI POUR OUTRAGE A MAGISTRAT, APPEL A UN ATTROUPEMENT NON ARME ET NON SUIVI D’EFFET…

Barthélemy Dias fixé sur son sort le 17 avril prochain

Jugé, hier, devant le Tribunal des flagrants délits, pour outrage à magistrat, appel à un attroupement non armé et non suivi d’effet et discrédit sur une décision de justice, Barthélemy Dias sera édifié le 17 avril prochain. 

Le maire de la commune de Mermoz-Sacré-Cœur devra attendre jusqu’au 17 avril prochain, pour être fixé sur son sort. En effet, à la suite des débats d’audience qui ont duré plus de 11 heures, le juge Mamadou Yaxam Keïta a mis en délibéré l’affaire jusqu’à la date susmentionnée.

Le procureur, qui a requis 2 ans ferme, s’est désolé des propos du fils de Jean-Paul Dias. «Barthélemy Dias laisse entendre que c’est un semblant de justice que nous avons. Or, ce n’est pas le cas. Cette barre constitue le mur de lamentations des citoyens. C’est insolant qu’on taxe des fonctionnaires de prostitués. Sans la justice dans ce pays, la société vivrait un chaos total», a déclaré le procureur Lamine Cissé.

Et il a souligné que «cette déclaration de Barthélemy Dias a éclaboussé tout le monde». «Ce sont tous les magistrats qui sont concernés. Nous avons suivi des agressions de tous bords. La justice est discréditée, c’est à nous de redorer son blason», a-t-il renchéri avant de requérir 2 ans ferme contre le maire de Mermoz-Sacré-Cœur.

Quant à la défense, elle a demandé la relaxe pure et simple de son client. «Je ne peux comprendre qu’on puisse s’attaquer à lui et pardonner à Serigne Bassirou Guèye, Ibrahima Dème et Macky Sall. Ce procès n’est pas le procès de Barthélemy Dias, mais celui de la justice. Et c’est la liberté d’expression qui est en jeu. Dans cette affaire, quels sont les magistrats qui ont été outragés ? Si tel est le cas, ils devaient être identifiés, parce que je ne vois pas de partie civile ici. Barthélemy Dias ne s’est pas attaqué à un magistrat désiré, il s’est attaqué à la magistrature. Le fait de s’attaquer à une magistrature, sans citer un nom, ne peut constituer une outrance», a plaidé El Mamadou Ndiaye, qui souligne que M. Dias «ne s’est pas attaqué à un magistrat, mais à un système».

Le maire de Mermoz-Sacré-Cœur risque 2 ans ferme

Lui emboîtant le pas, Me Amadou Sall de marteler : «Les juges partisans et les juges qui ne disent pas le droit doivent être éliminés de notre système. Les propos de Barthélemy Dias sont d’une grande banalité et Macky Sall a tenu des propos beaucoup plus graves, parce qu’il a demandé à la gendarmerie et l’armée de déloger le président de la République du Palais».

Et à l’endroit du maître des poursuites, il lancera : «Si le procureur veut créer un ring, Malick Gakou est là, les autres sont là».

De son côté, Me El Hadji Diouf a dénoncé «un procès politique» qui, à son avis, est fait pour «liquider un homme politique».

«Tous les Sénégalais doivent prendre leurs responsabilités, de même que les magistrats. Le juge Dème vous a invité à prendre vos responsabilités, parce que la justice est couchée. Dans cette tension aiguë, on a rendu la décision de Khalifa Sall. Même s’il veut être en prison, c’est par solidarité à son chef, on ne doit pas le suivre. Il n’est pas un bandit, ni un escroc, c’est un maire en qui son peuple a confiance», a plaidé Me Diouf.

D’après lui, «le procureur a des problèmes, parce qu’il veut coûte que coûte faire plaisir à son patron». «L’infraction la plus ridicule, la plus cocasse, le délit le plus ridicule, c’est l’attroupement. Le procureur ne maîtrise pas le mot. Il ne faut pas aller chercher des mots, si vous ne maîtrisez pas le français. Il n’a jamais appelé à l’attroupement», a tonné Me El Hadji Diouf.

Et Me Khouraïchi Ba d’asséner : «J’en ai assez de participer à des comédies. L’outrage ? Quand vous outragez un magistrat, c’est dans l’exercice de ses fonctions. C’est faux, il n’a pas outragé toute la corporation. Il y a trop de tétanie dans ce pays.  C’est un pays où on se connaît tous. Il y a des gens qui n’étaient rien et qui vous menacent présentement, parce qu’il y a une machine quelque part. L’offense aux Sénégalais, c’est ça».

Ibrahima SALL 

FACE AU JUGE MAMADOU YAXAM KEITA

Barthélemy Dias fait feu de tout bois

Le maire de Mermoz-Sacré-Cœur a fait face, hier, au juge Mamadou Yaxam Keïta, pour répondre des délits d’outrage à magistrat, d’appel à un attroupement non armé et non suivi d’effet et discrédit sur une décision de justice.

Barthélemy Dias s’est plaint de son arrestation. Il s’est désolé du fait qu’il ait atterri devant la barre, alors qu’Assane Diouf, qui a insulté les magistrats et les autorités, n’était pas inquiété.

«Je ne reconnais pas les faits et je suis là pour des raisons politiques. Je veux dire à tout le monde que je ne veux pas rentrer, parce que la décision qui a été infligée au maire de Dakar, Khalifa Sall, est injuste et lâche. Ce que je veux, c’est rester auprès de Khalifa Sall. C’est la décision de justice qui est injuste. Khalifa Sall est un homme connu et respecté par tous les Sénégalais. Son procès était politique. La Constitution me confère de me prononcer par la plume, par voie de presse, entre autres», a déclaré Barthélémy Dias.

Avant d’indiquer : «Je parle de ces juges, desquels le juge Dème disait qu’ils ont démissionné. Dans cette magistrature, il y a des brebis galeuses. Nous ne voulons pas dans ce Sénégal, une justice de ‘Coumba am Nday, Coumba amul Nday’. Je refuse de me taire. Je ne pense pas avoir cherché à faire mal. ‘Suukëruma, poobaruma, daqaaruma, ñu indima fi’. Je n’ai fait qu’exprimer mon droit. Dans les propos que j’ai eu à tenir, je ne vois pas d’insultes. J’ai exprimé un sentiment de dégoût, d’amertume et de désolation».

«Je suis à l’origine de ses ambitions politiques, si Khalifa couche en prison, moi aussi»

A l’en croire, il a appris le français sur «le sein de (sa) mère», et si certains Sénégalais ont été choqués par ses propos, il leur présente ses excuses.

Sur sa lancée, l’édile de Mermoz-Sacré-Cœur dira : «La prostitution est le plus vieux métier au monde et les prostituées, qui ont une carte professionnelle, peuvent l’exercer librement. La prostitution peut être définie de plusieurs formes. Il y a la prostitution intellectuelle, la prostitution professionnelle, entre autres. Nous, hommes politiques, quand nous transhumons, on nous considère comme des prostitués. J’ai parlé d’une haute magistrature, de la très haute magistrature, où certains juges refusent même d’aller à la retraite, parce qu’ils ont un ordre à exécuter. Tout le monde va en prison, sauf les partisans de l’APR. Je refuse de me taire».

Et de tonner par la suite : «J’assume mes propos. Dans cette magistrature, il y a des prostitués. Je parle au sens figuré, mais je ne parle pas au sens propre. Loin de moi de citer des magistrats, mais j’indexe la magistrature. Ce qui est porté sur la personne de Khalifa Sall m’affecte, parce que je suis maire. Si on avait donné à Khalifa Sall un verdict d’un an, j’agirais pour un verdict d’un an. Je suis à l’origine de ses ambitions politiques. Si Khalifa Sall couche en prison, moi aussi, je veux coucher en prison. C’est injuste que Khalifa Sall soit incarcéré et que je sois libre».

«Nous sommes plus que disponibles à balayer ce régime d’incompétents»

Poursuivant son propos, M. Dias de souligner : «J’avais appelé à descendre dans la rue, mais pour le moment, cet appel n’a pas eu l’effet escompté. Mais d’ici quelques semaines, il y aura un effet. Nous allons descendre dans la rue pour nous faire entendre. Nous n’avons pas les moyens de faire tomber ce régime. Mais nous ne sommes pas là pour être matés. Si on doit m’arrêter pour avoir commenté une décision injuste et lâche, tout le monde doit être arrêté. Personne ne s’est réjoui de cette justice qui n’a pas honoré la magistrature. Le procès de Khalifa Sall était un procès pour permettre à la justice de se réconcilier avec le peuple, hélas ! Le peuple est déçu de cette décision. Je suis le porte-parole du peuple. Je suis la voix de ceux qui n’ont pas de voix».

L’ancien leader des jeunesses socialistes n’a pas manqué de rappeler que, «dernièrement, un député, Moustapha Cissé Lô, a déclaré que tous les magistrats sont des corrompus, mais il n’a pas été inquiété, parce qu’il est avec le régime en place». «Les propos de Macky Sall résonnent toujours dans mes oreilles, parce que j’étais à côté de lui. Il avait appelé le pays à descendre dans la rue pour faire partir Abdoulaye Wade. Je voudrais bien avoir le procureur Serigne Bassirou Guèye en face de moi, pour lui dire ce que j’ai dans le cœur. Il y a des magistrats qui ont décidé de trahir leur serment. Nous sommes plus que disponibles à balayer ce régime d’incompétents. J’accepte de sacrifier ma liberté», a également martelé Barthélemy Dias.

Ibrahima SALL 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*



*