Inondations en Côte d’Ivoire: à Abidjan, l’heure du deuil et des questions
Le jour d'après, en Côte d'Ivoire où au moins 20 personnes sont mortes dans les fortes inondations qui ont touché notamment Abidjan après des

PRESIDENTIELLE 2019: Ousmane Sonko déclare sa candidature…

Ousmane Sonko a officialisé, hier, sa candidature à la Présidentielle, lors du lancement de son livre-programme dénommé «Solutions». Il n’a pas manqué d’accuser Macky Sall de préparer un hold-up électoral.

Le leader de PASTEF compte bel et bien briguer le suffrage des Sénégalais. Ousmane Sonko l’a annoncé, hier, lors d’un panel autour de son livre-programme intitulé «Solutions».

«Les gens nous interpellent partout sur la candidature. Tous les démembrements de PASTEF d’ici et de la diaspora l’ont largement formulé. Je dis solennellement au peuple sénégalais que je suis officiellement candidat à l’élection présidentielle de 2019. C’est ce que nous faisons avec nos partenaires politiques comme ‘Taxaw Tem’, RND de Dr Dialo Diop, Madièye Mbodji, MRDS, Jëf Sa Réew’, Bruno d’Erneville, Capitaine Dièye et les autres», a indiqué M. Sonko, qui souligne qu’ils vont continuer à travailler autour des autres leaders.

Et d’ajouter : «Ce que nous ambitionnons de faire, nous ne pouvons le réaliser qu’autour d’un vaste rassemblement. Nous tendons la main à tout le monde, à tous les partis politiques et mouvements de soutien, aux mouvements citoyens, aux artistes qui croient à la rupture. Nous tendons la main à tout le monde, parce que c’est l’avenir du Sénégal qui est en jeu. 2019 est un tournant important qu’on ne peut pas rater».

Selon lui, le peuple «a une chance historique de reprendre son destin en main». Mais il a précisé que «cela ne dépend que des Sénégalais». «Que toutes les forces de rupture de ce pays se réunissent autour de l’essentiel. J’appelle les militants de PASTEF à redoubler d’efforts. Avec le parrainage, on vous avait assigné un objectif de 800 000, mais avec cette forte mobilisation, nous allons la porter à 1 million. Allez à la rencontre des Sénégalais, des paysans, des pêcheurs et parler avec eux. Que tout le monde se retrouve dans ce que nous faisons», a lancé Ousmane Sonko.

…Et accuse Macky de préparer un hold-up électoral

Accusant Macky Sall de préparer un coup d’Etat électoral, l’ancien inspecteur des impôts et domaines de marteler : «Ma conviction, c’est que si les élections se déroulent normalement, Macky Sall ne pourra pas passer au premier tour». Avant d’avertir : «Nous mettons Macky Sall et son gouvernement en garde. La confiscation des élections ne passera pas. Il a éliminé des adversaires en instrumentalisant la justice. Aujourd’hui, il a installé le parrainage, mais c’est lui qui a des difficultés à trouver des parrains. De sources sûres, Macky Sall veut s’autoproclamer vainqueur le soir des élections avec 54 % des voix et déclarer un couvre-feu pour tirer sur (eux)».

«’Suko jaralee benn, nañu jaral 1000’, parce que ce pays-là, on le doit à nos enfants et à nos petits-enfants. Que l’armée, la gendarmerie et la police lui refusent cela, parce qu’ils font partie du peuple. Elles ne doivent pas accepter à Macky Sall, ce qu’elles n’ont pas accepté à Abdou Diouf et Abdoulaye Wade. ‘Ca kaw, ca kanam’ et la victoire en 2019 ! On ne peut le laisser continuer».

Interpellé par Cheikh Yérim Seck sur son appartenance religieuse, M. Sonko s’est voulu on ne peut plus clair : «Je suis le seul homme politique qu’on interpelle sur son appartenance religieuse dans le tout le Sénégal. Ça ne me gêne pas. Ici au Sénégal, celui qui a une moustache, on dit qu’il n’est pas un citoyen. Ils ont même dit que je fais partie du MFDC. Et Dieu sait que ce système est truffé de francs-maçons. Ils m’ont tout reproché, sauf d’être franc-maçon ou ce que je refuse de nommer (homosexuel)».

Ibrahima SALL et Ousmane SANE (Stagiaire)

Commentaires

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*