OUSMANE SONKO SUR LA PUBLICATION DU CONTRAT PETROLIER ENTRE LE SENEGAL ET TOTAL

«J’ai découvert qu’ils sont les plus léonins et les plus scandaleux…»

Le gouvernement a certes tenu sa promesse de publier le contrat de recherche et de partage d’hydrocarbures qui lie le Sénégal à la multinationale française Total, mais pour le député Ousmane Sonko, ces contrats sont «les plus léonins et les plus scandaleux» jamais consentis par le Sénégal.

Le gouvernement du Sénégal, sur demande pressante de l’opposition et de la société civile, a finalement rendu public le contrat de recherche et de partage d’hydrocarbures qui le lie à multinationale française Total autour des blocs pétroliers et gaziers de Rufisque offshore profond et Ultra Deep Offshore. De l’avis du député Ousmane Sonko qui a dédicacé en février 2018 son livre intitulé : «Pétrole et Gaz au Sénégal : Chronique d’une spoliation», dans ce contrat les intérêts de l’Etat du Sénégal ont été bradés.

Réagissant sur sa page Facebook, hier, l’ancien Inspecteur des impôts et domaines s’arrache les cheveux : «J’ai examiné ces contrats et, comme on le soupçonnait, j’ai découvert qu’ils sont les plus léonins et les plus scandaleux jamais consentis par Sénégal. Boun Abdallah Dionne et Macky Sall, après avoir poussé Thierno Alassane Sall à la démission, ont bradé à vil prix les intérêts du Sénégal».

Déçu par la façon dont ce contrat a été ficelé, le patron de PASTEF d’ajouter : «La sous-préfecture a encore une fois obéi à sa métropole, au détriment de son peuple et ses intérêts». Il a promis d’y revenir, ainsi que sur d’autres dossiers, lors d’un point de presse, après le 19 avril. Cela, «pour éviter la dispersion par rapport à l’urgence frontale de l’heure».

«Eviter la dispersion par rapport à l’urgence frontale de l’heure»

Et même si le président Macky Sall a tenu sa promesse de mettre les Sénégalais au courant de l’exploitation des ressources naturelles, Ousmane Sonko appelle à ne pas s’y méprendre très vite. D’autant plus que, dit-il, «c’est à cause des innombrables cas de gouvernance scandaleuse de son régime que Macky Sall ne lésinera sur aucun moyen pour se maintenir au pouvoir : par la manipulation constitutionnelle et législative, l’instrumentalisation de la justice pénale et constitutionnelle, l’aliénation de l’administration, la corruption de segments sociaux de tous ordres, la répression policière sauvage…».

D’ailleurs, il souligne que «l’agression» contre les enseignants à Ziguinchor en est une énième illustration. «N’a-t-il pas dit à une haute autorité, dont je tais le nom : ‘Les Sénégalais ne connaissent que le rapport de force, je gouvernerai par la dictature’», a relevé l’ancien Inspecteur des impôts et domaines.

De son avis, «c’est aux citoyens de lui opposer une force supérieure, celle de la souveraineté populaire, pour mettre un terme à cette calamité qui dure depuis 6 ans».

Karamba NDIAYE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*



*