LICENCIEMENT ABUSIF ? L’expatriée ivoirienne, K. D. S. et AMSA Assurance Vie devant le Tribunal du travail

Encore un nouveau dossier sur la table du Tribunal du travail. Un contentieux qui oppose la direction du groupe CFOA, maison-mère de «AMSA Assurance Vie», à une expatriée ivoirienne qui travaille dans la boîte depuis 7 ans et qui est au Sénégal depuis maintenant deux ans.

Dans cette affaire de licenciement opposant AMSA Assurance Vie, à la dame K. D. S., qui est de nationalité ivoirienne, seule le Tribunal du travail tranchera, pour dire si oui ou non, il s’agit d’un licenciement abusif. Mais, en attendant, cette dernière qui a été administratrice d’AMSA Assurances Vie, siégeant au conseil d’administration et Directeur technique du groupe CFOA, reste convaincue qu’il s’agit d’un «traitement arbitraire et d’un acharnement contre sa personne».

Travaillant depuis 7 ans dans le groupe AMSA, elle indique  que le jeudi 7 septembre 2017, elle a reçu par l’intermédiaire d’un huissier, une notification de licenciement. «Il est précisé dans la lettre que j’étais dispensée du préavis. Il m’a été par ailleurs indiqué que mon solde de tout compte et mon certificat de travail me seront remis, après remise immédiate des objets et avantages remis dans le cadre de mes fonctions», a-t-elle expliqué.

«On veut me mettre à la rue avec ma fille»

Et sur le motif de licenciement, elle poursuit qu’on lui a notifié que : «C’est en réponse à une demande d’assistance à des agents d’AMSA Vie qui s’interrogeaient sur le système informatique d’AMSA Vie et que j’ai orientés vers leur Direction générale». A ce propos, elle indique n’avoir jamais reçu de note de service, ni de notification lui indiquant que ces agents d’AMSA Vie étaient sous sa responsabilité.

Ces derniers, dit-elle, lui ont envoyé un mail avec des constats et propositions concernant le système informatique et la gestion d’AMSA Assurances Vie. Mais, selon elle, «n’ayant ni le pouvoir, ni la responsabilité, ni le droit de prendre des décisions sur ces sujets qui peuvent avoir des incidences très importantes sur les assurés (clients) et les comptes de la société, je leur ai fourni un historique de la situation en leur indiquant que leur Direction générale était la seule habilitée à répondre à leurs préoccupations». Un acte qui va lui coûtait cher.         

En effet, précise-t-elle, «cinq minutes plus tard, trois personnes, dont l’huissier, se sont présentées dans mon bureau, afin de m’expulser manu militari». Et selon elle, elle a ainsi été contrainte de rendre, séance tenante, son matériel de travail, mais aussi, les clés de sa voiture de fonction.                       

Mais ce qui irrite le plus la jeune dame, c’est le fait qu’on lui ait exigé de rendre illico presto, les clés de l’appartement où AMSA l’a logée, depuis deux ans.

La Direction de AMSA lui donne rendez-vous devant le Tribunal du travail

«Je leur ai remis tout ce qu’ils m’ont demandé sans aucune résistance, à l’exception des clés de l’appartement. En effet, étant expatriée au Sénégal à la demande du groupe AMSA et n’ayant pas de famille sur place, cette exigence équivaut à me mettre à la rue avec ma fille de 6 ans, qui est scolarisée au Sénégal et qui a déjà commencé les cours, le 5 septembre», s’est offusquée K. D. S.

Poursuivant, elle indique avoir été sommée de quitter les locaux de la société sans avoir reçu ni ses indemnités, ni son certificat de travail. «Il est clair qu’il y a une volonté manifeste de m’intimider, de m’humilier et de me laisser sans ressources», a conclu la dame, qui compte sur la justice sénégalaise pour la rétablir dans son honneur et ses droits.

Interpellée sur ce dossier, la Direction générale de CFOA, maison-mère de AMSA Assurance Vie, n’a pas voulu épiloguer sur le sujet par voie de presse. Mais tiennent-ils à préciser, «ce n’est pas faute d’arguments». Le sieur F. Bakou et ses collaborateurs donnent rendez-vous à K. D. S. devant le Tribunal du travail de Dakar pour solder ce litige.

Ndèye Anna NDIAYE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*



*