LANCEMENT DE SON PROGRAMME POLITIQUE A PARTIR DU 15 AVRIL

Idrissa Seck se projette déjà au Palais

Thiès – Le président du Conseil départemental de Thiès a encore fait parler de lui. Venu assister au traditionnel défilé du 4 avril 2018, coïncidant au 58e anniversaire de l’accession du Sénégal à l’indépendance, Idrissa Seck a saisi l’occasion pour amorcer son programme qu’il compte mettre en place une fois élu Président du Sénégal.  Un programme qui sera bientôt présenté à l’issue du séminaire du 14 et 15 avril 2018 prochain, qu’il compte tenir avec plus de 200 cadres à Saly.

Pour le patron de REWMI, il est temps de donner à cette armée «plus d’assurance, de performance et de motivation». Cela, en pensant à la prolongation de l’âge de la retraite, notamment «chez les officiers qui sont dans des domaines de conception et de stratégie où on a besoin de leur pleine maturité, de leur parcours et de leur expérience».

«Il ne reste au président de la République qu’un seul discours…»

«J’ai l’intention pour au moins un certain nombre de corps, de prolonger l’âge de la retraite, parce que je pense que ce sont des gens qui ont encore la possibilité de servir au moins pour les enseignants, pour les médecins, pour les officiers de l’armée et pour les magistrats. Je pense qu’on peut augmenter l’âge de la retraite, parce qu’on les laisse partir à un moment où ils atteignent la pleine maturité, la pleine sagesse et compétence à l’issue d’un parcours d’exception. Je pense que nous devons corriger cela», a lancé Idrissa Seck.

Aussi, dans son adresse, l’ancien Premier ministre n’a pas du tout été tendre avec le régime de Macky Sall. «Il faut que le président de la République cesse d’être le sous-préfet du Président français et veille à notre souveraineté, notre indépendance, parce que indépendance ne signifie pas conflit. Nous avons intérêt à avoir les Français, une coopération gagnant-gagnant, intelligente. D’ailleurs, les choses que nous avons, nous les réussissions souvent. Mais il faut que nous ayons un peu plus d’indépendance, un peu plus de dignité», a souligné Idrissa Seck.

La chanson de Youssou Ndour qu’Idy a dédiée à Macky

En plus, dans la politique que mène le Président Macky Sall, Idrissa Seck n’y voit aucun effort. Selon lui, «il ne reste au président de la République qu’un seul discours, c’est de demander pardon au peuple sénégalais, à la jeunesse qui chôme, aux anciens à qui nous (Abdoulaye Wade et moi) avons donné le Plan Sésame. Ces vieux n’ont plus accès au Plan Sésame, car les hôpitaux sont en faillite. Il doit demander pardon. D’ailleurs le prochain morceau que je lui dédierai et qu’il doit écouter attentivement, est le morceau de Youssou Ndour «Jéggalu», a lancé le patron de REWMI.

IDRISSA SECK SUR SES RETROUVAILLES AVEC ABDOULAYE WADE

«Ce que m’a dit Karim Wade»

THIES – Idrissa Seck a une fois abordé la question de sa réconciliation avec l’ancien Président Abdoulaye Wade et son fils Karim Wade. Et c’est pour annoncer que cette réconciliation a dépassé le cadre politique.

«J’ai déjà dit que c’est une relation familiale. Il n’y a rien d’autre. Nous avons été ensemble (Abdoulaye Wade et moi). Des comploteurs nous ont brouillés, cela a produit une crise gigantesque au Sénégal et au sommet de l’Etat. Ces dits comploteurs se sont retournés contre lui (Abdoulaye Wade), ont emprisonné Karim Wade et l’on exilé», a confié Idrissa Seck.

«Maintenant, je pense que les choses sont claires. Du point de vue familial, il n’y a plus de problème. Quand Karim Wade m’a appelé, il m’a dit lui-même qu’il veut, en tant que jeune frère, s’occuper personnellement de mes retrouvailles avec son père», a ajouté l’ancien Premier ministre.

Marième COLY

(Correspondante)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*



*