DAKAR, CAPITALE DE LA VENTE DE SACHETS D’EAU: Quand la canicule rend le business des vendeurs lucratif…

Incolore et inodore, l’eau est indispensable à la vie. Au Sénégal, sa consommation atteint des propositions importantes, surtout en cette période de chaleur insupportable. Ainsi, nombreux sont ces vendeurs de sachets d’eau qui ont fini de se confondre au décor des rues de Dakar, ville où la consommation de sachets d’eau est importante. Mais des interrogations demeurent sur la qualité de cette eau en sachet.

Au rond-point Liberté 6, tout comme à la Cité des Eaux, à Castors, le décor est le même. Comme dans bien des carrefours de Dakar, de jeunes vendeurs de sachets d’eau meublent le décor. Ils ont même fini par se confondre à la réalité quotidienne des rues de la capitale, où on les distingue un peu partout.

Ainsi, au rond-point Liberté 6, cette jeune fille, la vingtaine, répondant au nom de Marième, ne fait que conforter cette réalité, car à l’image de cette dizaine de jeunes qui arpentent ce carrefour stratégique, elle a fait de ce métier, son gagne-pain. «Cela fait 3 ans maintenant que je vends des sachets d’eau ici. J’ai des sachets à 25 francs CFA et à 50 francs CFA. Mais les clients ont plus l’habitude d’acheter les sachets de 50 francs CFA, parce que selon eux, les sachets de 25 francs CFA sont petits et insuffisants pour leur satiété hydrique», explique-t-elle.

Elle indique qu’«il y a plusieurs marques d’eau en sachets, tels que ‘Si belle’, ‘Diambar’, ‘Lamb-ji’, ‘Dakar’o’, ‘Rama’, ‘Mounass’, ‘Fofi’, ‘Sen o’, ‘Séral’, ‘Aynoumane’, ‘Sayane’, etc. Et chaque marque a son propre goût. Moi, je vends les sachets d’eau ‘Si belle’, parce que les clients les réclament beaucoup plus, par rapport aux autres. Certainement, sa qualité est la meilleure. Elle provient d’une usine qui se trouve aux Maristes et les clients le savent»

Cette autre vendeuse qui se nomme Sophie, croisée à Cité des Eaux, renseigne être dans le business de la vente de sachets d’eau depuis plusieurs années. «Les clients viennent de partout pour acheter, surtout en cette période où une forte canicule règne sur Dakar. Et je vous avoue que je m’en sors très bien, Dieu merci. Je vends des sachets d’eau de différentes marques, mais l’eau ‘Si belle’ est la plus demandée par les clients, qui y décèlent un gout particulier, contrairement aux autres marques dont l’eau est parfois salée ou odorante. Je vends de l’eau pure, sans odeur, ni saleté, car je ne dois pas vendre une eau qui pourrait nuire à la santé de mes clients», dit-elle.

Mais tous les vendeurs que nous avons interpellés, disent trouver leur compte dans ce petit commerce, car cela leur rapport entre 2000 et 3000 francs CFA de bénéfice par jour. En effet, en achetant en gros un pack à 700 francs CFA, ils disent gagner sur ce pack, à la revente, quasiment le double de son prix normal, soit jusqu’à 800 francs CFA. Ce qui, sur les quatre à cinq packs écoulés par jour, permet de réaliser un très bon chiffre d’affaires.

Racky LY

(Stagiaire) 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*



*