CONTRE LES MANIPULATIONS CONSTITUTIONNELLES ET ELECTORALES AU SENEGAL

L’IED appelle à la résistance nationale

Le projet de loi sur le parrainage à la prochaine Présidentielle risque de mettre le feu aux poudres dans le pays. Pour faire barrage à cette initiative du régime, l’Initiative pour des élections démocratiques (IED) appelle à la résistance nationale.

Les partis et organisations de la Société civile, membres de l’Initiative pour des élections démocratiques (IED), sont décidés à se battre, pour faire reculer le régime par rapport au projet de loi portant parrainage à la Présidentielle du 24 février 2019.

A travers une déclaration rendue publique, hier, l’IED appelle à la création d’un large front démocratique et social de résistance nationale pour contrer «le parrainage piégé, le coup d’Etat constitutionnel et électoral concocté par le régime de Macky Sall». «Au lendemain des élections législatives calamiteuses du 30 juillet 2017 et à la veille des échéances électorales de 2019, les mêmes problèmes et les mêmes exigences démocratiques se posent à notre peuple, dans un contexte plus que jamais caractérisé par les anomalies inacceptables liées au processus électoral, la violation permanente et systématique des lois et règlements, les agressions contre les libertés individuelles et collectives, l’interdiction et la répression barbare, par le régime de Macky Sall, de toutes les manifestations politiques et/ou citoyennes à caractère démocratique ou patriotique», font remarquer le PDS et ses alliés.

Et de renchérir : «Tout y passe, jusqu’aux tentatives de tripatouillage de la Constitution et du Code électoral, à la volonté autocratique de forcing tous azimuts, y compris par le moyen du coup d’Etat constitutionnel et électoral».

L’IED rappelle avoir «lancé le combat» à travers «les moyens mis en œuvre et la série d’actions initiées (marches, sittings, rassemblements, sensibilisations, conférences de presse, dépôts de lettres, notes et rapports, descentes sur le terrain, contacts, visites ou rencontres diverses…».

Elle souligne avoir «le devoir, la responsabilité et la possibilité d’aller plus loin, pour peu qu’elle fasse preuve d’ouverture et se montre capable d’éviter les erreurs du passé, de renforcer son efficacité et son unité dans le respect de la diversité et de l’égale dignité de ses différentes composantes».

Mamadou Diop «Decroix» et compagnie estiment qu’«il est temps, à présent, de passer à une étape supérieure de la lutte, au regard de la volonté de plus en plus affichée du pouvoir en place de truquer les élections, de priver les électeurs de leur droit de vote par la rétention de leurs cartes, ainsi que par la multiplication des entraves à l’inscription massive des jeunes sur les listes électorales».    

Ce «nouveau défi» exige, selon l’IED, «une nouvelle plateforme (Cf Plateforme du Front), un nouveau cadre de lutte – mieux organisé, une nouvelle stratégie, permettant, au-delà du binôme pouvoir/ opposition, d’impliquer l’ensemble des citoyens conscients de la nécessité  de s’approprier un tel combat de salut national et de salubrité publique, pour en faire leur propre affaire».

Ladite entité réclame le «retrait immédiat des projets de loi putschistes de Macky Sall, portant révision scélérate de la Constitution et modification unilatérale du Code électoral».

Rassoul GUEYE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*



*