Me El hadji Diouf tacle sévèrement Sonko et se
réjouit du sort du journaliste d’investigation

Maitre El Hadji Diouf sur Sonko et Pape Alé

C’est en parlant d’éthique et de déontologie du journaliste que Me El hadji Diouf a débuté hier son face à face avec la presse. L’avocat de Adji Raby Sarr qui semble garder une dent contre le
journaliste Pape Alé Niang qui a fait plusieurs  »lives » sur le net pour faire des révélations sur l’affaire « Sweet Beauté », avoue que ce dernier mérite bien ce qui lui arrive actuellement avec dame justice. «Cette affaire tombe à point nommé, car on dirait
que tout est en train de s’éclaircir aux yeux de l’opinion. Les masques tombent ! Il faut oser le dire, Pape Alé et ses camarades ont causé trop de torts dans ce pays en manipulant l’opinion et en diffusant de fausses informations pour induire les Sénégalais en erreur. Ils ont tout fait pour rendre plausible la thèse du supposé complot. Aujourd’hui il est sous les verrous. Il faut que des mesures
soient prises pour remettre de l’ordre dans le paysage médiatique», a déclaré Me El Hadji Diouf, au cours d’une conférence de presse.
Avocat au barreau de Dakar, mais également acteur politique, il a relevé un excès de laisser aller. «Il y a trop de laisser aller et le pays est en danger.

Alors le chef de l’Etat Macky Sall a du pain sur la planche. Antoine Diome a une mission colossale. De même que vous les journalistes.
C’est trop facile de jouer au guerrier derrière un micro ou son clavier», lance Me Diouf. «Ousmane Sonko a fait preuve d’une arrogance et d’insolence…»
Me Diouf est , en outre, largement revenu sur les moments forts de l’audition du 3 novembre. «Ousmane Sonko est un manipulateur. Il a fait des manœuvres pour manipuler l’opinion publique. En parlant de trois questions alors qu’il ne s’agit que de deux questions. Il ne pouvait pas invoquer une violation de sa vie privée ou de sa dignité en parlant des relations sexuelles supposées entretenues avec la victime présumée, Adji Sarr.

En refusant de répondre aux questions du Doyen des juges et du substitut du procureur, il a fait preuve d’arrogance et d’insolence», a relevé Me El Hadj Diouf qui a déploré le refus de Ousmane Sonko d’accepter de donner du sang pour un test ADN.
«C’est bien écrit, noir sur blanc, qu’il y a eu des prélèvements qui ont été faits sur ma cliente, le soir du viol. Il y a eu certes une déchirure ancienne de l’hymen. Il ne faut pas oublier que c’est un viol répétitif, alors c’est normal que ma cliente ne soit
plus vierge», soutient l’avocat. A l’en croire, «l’audition ne pouvait pas durer longtemps, parce que le comportement de Ousmane Sonko était insupportable. Le juge n’avait pas le choix. Face au refus de collaborer affiché par Sonko, le Doyen des juges a préféré en rester là. Le juge ne pouvait pas poursuivre cette audition dans ces conditions», renseigne Me Diouf.


AntaCheikhou Koné

l Il évoque des «attaques répétées, non fondées et inacceptables dirigées contre les forces de défense et de sécurité» et celles visant «des officiers
généraux dans le but de les délégitimer et de fragiliser la cohésion et la
discipline collective indispensables au bon fonctionnement et à l’efficacité de ces corps habillés de l’Etat»
l Amady Diouf parle de «gravité des faits», de «rigueur nécessaire» dans
l’enquête à mener «dans le respect des exigences de la liberté de presse et
des instruments internationaux garantissant les libertés fondamentales»

Le Procureur de la République, Amady Diouf, s’invite dans la danse pour mettre fin aux attaques dont sont l’objet des officiers des forces de défense et de sécurité.
Dans un communiqué diffusé hier, il a annoncé avoirordonné à la Sureté urbaine d’ouvrir une enquête. «J’ai demandé au commissaire chargé de la Sureté Urbaine, dans le respect des exigences de la liberté de presse et des instruments internationaux garantissant les
libertés fondamentales, d’ouvrir immédiatement une enquête sur ces faits constatés et de me rendre compte de l’évolution de la procédure. Laquelle enquête devant être conduite avec toute la rigueur nécessaire, au vu de la gravité des faits», a déclaré le procureur de la République qui dit avoir «constaté, depuis un certain temps, des attaques répétées, non fondées et inacceptables dirigées contre les forces de défense et de sécurité».

Une situation qui l’a poussé à déplorer «ces actes qui, selon lui, distillent, par ailleurs, un doute pernicieux et sapent le moral des troupes et désignent les forces de sécurité comme des cibles majeures à l’attention de tous ceux qui souhaitent s’en prendre à l’autorité de l’Etat
constituent des menaces pour l’ordre public et sont susceptibles de caractériser des atteintes à la défense nationale outre la diffusion de fausses nouvelles et la divulgation de secrets défense».
Parlant de ces attaques, il a relevé que «les dernières en date qui portent manifestement atteinte à l’autorité de
ces institutions républicaines visent des officiers généraux dans le but évident de les délégitimer et de fragiliser la cohésion et la discipline collective ndispensables au bon fonctionnement et à l’efficacité de ces corps habillés de l’Etat»


#AntaCheikhou_Koné

Némékou Tour : du sang et des blessés à Tchiky

Le passage de Sonko dans la localité émaillé par de violents affrontements :
Ce qui s’est passé:

  • Me Abdoulaye Tall, porte parole de Pastef parle «d’embuscade»
  • Mamadou Dione, maire de Diass dénonce une «barbarie des nervis de Sonko»

LE NEMEKOU TOUR SE TERMINE PAR DES AFFRONTEMENTS

Les populations locales comptent ses blessés et accusent Sonko et ses gros bras Le Nemekou Tour initié par Ousmane Sonko a Diass a été émaillé de violence. Des confrontations entre les gros bras de Sonko et des populations du quartier Ngorsekh sis à Thicky, une localité de la commune de Diass qui se sont soldées par des dégâts matériels avec des véhicules caillassés aussi avec des blessés. Réagissant sut sa page facebook, le maire de Diass et Coordonnateur APR local informe qu’« il n’y a pas de personnes décédées suite aux attaques barbares à Thicky. Il y a 4 blessés actuellement suivis aux urgences de Mbour ». En outre, dans un communiqué diffusé au nom de l’APR locale, Mamadou Ndione a déploré ces faits qu’il a assimilé à de «la barbarie des nervis de Sonko». Dans le document parcouru, M. Ndione a tenté de retracer le bilan desdites confrontations, dans leurs rangs. «Depuis deux jours, devant l’indifférence médiatique et populaire, Ousmane Sonko fait son ‘’Nemekou Affaire Adji Sarr’’ à Diass. Le samedi 29 octobre, il a fait dans la totale indifférence collective deux maisons. Le dimanche 30 octobre, après trois maisons, son cortège a croisé le jeune Oumar Ndione à Thicky au quartier Ngorsekh. Sans aucune raison, les nervis de Ousmane Sonko ont sauvagement tabassé ce jeune homme sans défense avant de s’en prendre avec une violence inouïe à plusieurs autres personnes avec des blessures graves». Selon Mamadou Ndione, le coordonnateur de l’APR de Diass, le poste de santé de Thicky signalait les blessures graves de Cheikh Tidiane Mbengue, Abibou Thiandoum et Abdourahmane Ndione». Pour rassurer les proches des victimes de ces affrontements entre gros bras du leader du Pastef et les populations locales, le maire a informé que «leurs dossiers médicaux sont suivis pour une totale prise en charge». Au chapitre des dégâts matériels, l’on peut noter, selon M. Ndione, que «les nervis ont saccagé des biens jusqu’au niveau de la maison de (leur) camarade Fatou Ndione. (…) N’eut était le courage et la sérénité des jeunes de Thicky ainsi que le professionnalisme des forces de l’ordre alertées, la furie de ces nervis sauvages aurait pu être lourde de conséquences», a indiqué le maire de Diass qui signale que ses camarades et lui, membres de l’Apr Diass «suit le cas extrêmement grave des blessés et des biens saccagés œuvre de nervis payés pour semer le chaos. L’Apr Diass condamne avec fermeté les violences orchestrées par Ousmane Sonko et ses nervis et les tient pour responsables de ce qui est arrivé et arrivera aux blessés qui sont dans un état extrêmement grave». Pour le maire et ses administrés, «toute la lumière doit être faite sur ces agissements indignes pour que justice soit faite. A Ousmane Sonko et sa bande qui cherchent par tous les moyens d’éviter de répondre à la justice du Sénégal pour un problème de « mœurs légères », l’Apr Diass rappelle que rien n’empêchera la justice d’aller au bout du droit dans une affaire qu’un homme d’honneur aurait réglé depuis 2021 sans tambours ni trompettes». Mieux, poursuit le Coordonnateur de cette antenne locale de l’Apr, Mamadou Ndione, «le Sénégal, pays béni, ne sera jamais entre les mains d’aventuriers aux desseins obscurs».Fatou Dione dont l’auteur du cri Adji Sarr qui a énervé la garde rapprochée de Sonko est décerit comme un militant, a souligné qu’une plainte sera déposée dès aujourd’hui au vu des ravages faits par les nervis du leader de PASTEF qui ont blessé jusqu’à un individu qui se trouve être en fait un gendarme qui en plus d’être son voisin direct est son cousin. «Je ne vais pas laisser passer. Je vais porter plainte, j’ai commis un huissier. Il faut que la justice fasse son travail avec rigueur».Pour le porte-parole de Pastef, Maître Abdoulaye Tall, cité par plusieurs médias, il s’agissait tout simplement d’une embuscade dont l’objectif était de saboter le  » Nemeku Tour » et que des blessés ont été également enregistrés du côté de leurs militants. 

AntaCheikhou KONE