Khalife des Mourides


Pour sa part, le Khalife général des mourides a appelé à consacrer ce lundi à des séances de lecture de Coran
partout au Sénégal et dans diaspora. Serigne Mountakha Bassirou Mbacké a rendu publique cette
recommandation ce dimanche suite au décès de 40 personnes sur le RN1 à hauteur de Sikilo dans le
département de Kaffrine.

Le patriarche de Touba demande de le faire à la mémoire des disparus, et pour la paix dans le Sénégal.

Serigne Modou Khabane fils de Serigne Fallou Mbacké est chargé de l’exécution de ce Ndiguel. Les dispositions sont déjà prises au sein de la grande mosquée et des daraay Kamil pour cette journée
de prières.

Le Khalife a invité les musulmans à procéder à des aumônes envers les personnes vulnérables.

Sadio attristé

L’accident survenu au village de Sikilo, n’a laissé aucun sénégalais indifférents.

Alors que pleuvent les messages de soutiens aux populations Sénégalaises dans leur
globalité, le capitaine des Lions qui a été déclaré forfait au Mondial de Qatar à cause d’une blessure a brisé le
silence pour manifester son soutien aux victimes.

«En cette douloureuse circonstance, je présente mes condoléances, aux familles éplorées mais aussi à
l’ensemble du peuple sénégalais !

Que la terre leur soit légère», a dit le fils de Bambali.

Transmission éminente du dossier au Procureur de la République pour ses réquisitions définitives le procureur de la République qui avait requis, du juge du deuxième Cabinet, Mamadou Seck, l’ouverture d’une information judiciaire, en début du mois de novembre, dans l’affaire Pape Alé Niang, peut s’attendre à recevoir sous peu le dossier. Le juge d’instruction vient de donner avis aux avocats du journaliste Pape Alé Niang que l’information est terminée et le dossier mis à leur disposition pour 3 jours avant d’être transmis au
procureur de la République pour ses réquisitions définitives, a révélé Me Ly Ciré Clédor.

Dans une note d’information, il a signalé que «le parquet aura 15 jours pour ce faire, suite de quoi, le juge prendra probablement une ordonnance de renvoi en police correctionnelle, même si la défense est d’avis que les infractions retenues par le parquet, à ce stade, ne sont pas avérées».
A l’en croire, après la transmission du dossier au procureur, le magistrat instructeur pourra reprendre, de nouveau, son indépendance. Il aura alors le choix entre «maintenir le journaliste en détention jusqu’à sa comparution devant la juridiction de jugement ou ordonner sa mise en liberté provisoire pour préserver la présomption d’innocence dont il bénéficie et ne pas abuser de ses pouvoirs». Cependant, vu l’état de santé de Pape Alé Niang que justifie son hospitalisation pour préserver sa vie, la défense dit nourrir l’espoir «que l’épilogue de cette procédure ne connaîtra plus de retard avec des lenteurs qu’aucune complexité du dossier ne pourrait justifier».
Il est bon de signaler que le journaliste en détention a été inculpé le 9 novembre, pour les faits «de divulgation d’informations de nature à
nuire à la défense nationale, de recel de documents administratifs et militaires et de diffusion de fausses nouvelles de nature à jeter le
discrédit sur les institutions publiques».


Youssoupha MINE

L’AMBASSADE DES ETATS-UNIS À DAKAR, APRÈS UNE ALERTE À LA BOMBE DANS SES LOCAUX


«Par excès de prudence, nous avons évacué l’Ambassade en raison d’une suspicion de sécurité», selon un officiel les activités de l’ambassade des USA sise aux Almadies, ont été perturbées, hier, par une alerte à la bombe. Des informations parvenues à la rédaction signalent que tout se déroulait normalement lorsque vers 12h 30, l’alarme a
sonné. Le personnel et les visiteurs ont alors été sommés de quitter les lieux, le temps d’y voir clair, suite à une alerte. Aussitôt, tous ceux qui étaient sur les lieux ont été évacués et installés dans l’arrière-cours des locaux de l’ambassade des
USA, deux heures durant. Et ce, avant d’être invités, vers 15 heures, à rentrer.
L’ambassadeur, absent du territoire, ses proches collaborateurs ont confirmé la menace. Mais, ils disent avoir pris la menace au sérieux pour la sécurité de tous ceux qui se trouvaient dans les locaux de l’ambassade. «Assurer la sécurité de notre personnel et de nos visiteurs à l’Ambassade des Etats-Unis est notre priorité absolue.
Aujourd’hui, par excès de prudence, nous avons évacué l’Ambassade en raison d’une suspicion de sécurité, résolue depuis, avec l’aide de nos partenaires sénégalais. L’Ambassade a repris ses activités normales».
Le service a repris officiellement ses activités depuis 16 h 30 après que les agents de la cellule anti-terroriste ont fini leur inspection, informent des sources de Vox Pop. Toutes choses qui font croire que c’était une fausse alerte. La preuve en est qu’une note d’information a été envoyée aux membres du personnel afin de les tenir informer que «la situation est revenue à la normale et que
le service peut reprendre». Cela, sans aucun détail supplémentaire.
En attendant, on peut dire que tous les regards sont tournés vers le Front Office ou le bureau de presse de ladite structure diplomatique, deux structures les mieux indiquées pour donner plus de détails sur ce qui s’est passé. A ce sujet, d’ailleurs, des informations émanant de nos confrères de PressAfrik ont fait état de la découverte sur les lieux de «deux colis suspects».

Youssoupha MINE

Peut être une image de 3 personnes et texte qui dit ’GABEGIE, MAL GOUVERNANCE ET DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS U soL प san Sonko vilipende Macky Sall auprès des partenaires ลน'4 uan saln développement Le président de Pastef accuse les partenaires du développement de faire «aucun effort pour avoir le contact minimum avec cette opposition qui fini d'avoir la confiance du Sénégal et des Sénégalais»’

Ousmane Sonko s’est adressé, publiquement, aux partenaires au développement, à la communauté internationale et aux bailleurs de fonds, suite au rapport de la Cour des Comptes sur la gestion des Fonds de la force Covid-19. Il a qualifié le Président de la République d’être le promoteur des pratiques malsaines qui ont permis de détourner des milliards de francs.
«Je veux dire aux partenaires au développement que le Président de la République du Sénégal, vient vers eux, pour dépeindre l’opposition sénégalaise sous les habits et le visage d’une opposition d’abord irresponsable, violente ; une opposition qui abriterait des terroristes, une opposition qui serait contre les intérêts étrangers.(…). C’est ce tableau qui est présenté à la chancellerie et aux différentes institutions», a déclaré M. Sonko, ce mercredi 28 décembre 2022.
C’était au cours d’une rencontre au cours de laquelle il a déploré la démarche desdits partenaires qui, à ses yeux, «ne font aucun effort pour avoir le contact minimum avec cette opposition qui a fini d’avoir la confiance du Sénégal et des Sénégalais. Puisque, cette opposition représente quasiment 54% de l’électorat, si on se fie aux dernières élections».
A cette communauté internationale, il a voulu faire savoir que «ce Président de la République qui tend à leur faire croire qu’il est la seule garantie d’un Sénégal stable, d’un Sénégal qui peut coopérer correctement avec eux, qui peut garantir leurs intérêts, d’un Sénégal démocratique, eh bien ce Président de la République est ce garant de la gabegie, de la mal gouvernance, du détournement de deniers publics et, particulièrement dans des moments extrêmement graves, des moments de crise sanitaire, des moments où énormément de Sénégalais ont perdu la vie». Il ajoute aussi que c’est «ce président de la République qui est le promoteur, mais également le protecteur de pratiques malsaines qui ont permis à certains de ses collaborateurs, ministres particulièrement et principalement, de détourner des milliards de francs auxquels ils ont contribué».

«Les partenaires ne font aucun effort pour avoir le contact minimum avec cette opposition qui …»

Mieux encore, leur a-t-il dit : «vous avez contribué, vous partenaires au développement, institutions internationales, bailleurs de fonds, partenaires bilatéraux, partenaires multilatéraux. 84% de ces fonds sont issus de vos financements. Ces 84% de ces fonds traduisent l’effort du peuple sénégalais, un peuple frappé de plein fouet par la pauvreté, le chômage, l’incurie dans tous les secteurs. Et ce peuple-là, malgré tout, se serre la ceinture pour donner caution à ce gouvernement, lui permet d’emprunter en son nom, mais également contribuer fiscalement pour que ce gouvernement puisse avoir les moyens de sa politique», accuse Ousmane Sonko.
Selon lui, «le dernier rapport sur le département du Sénégal a souligné que des Institutions, des instances, des organes ont été mis en place pour contrôler la gouvernance publique. Mais, que souvent, les rapports ne sont pas suivis d’effets». Pour étayer ses propos, il a évoqué, en guise de rappel, que la présidente sortante de l’OFNAC avait fait état «de plus de 40 dossiers sur la table du procureur. 40 dossiers de détournements de deniers publics, des dizaines voire des centaines de milliards. Et c’est cet homme-là qui vient se présenter devant vous comme étant un messie. Il veut vous faire croire qu’il est le seul à vous garantir une collaboration», a signalé Ousmane Sonko comme pour vilipender Macky Sall.
«Le peuple sénégalais est un grand peuple, un peuple mature, un peuple digne et fier et un peuple très attaché à sa démocratie. Et ce peuple tient au respect des règles parmi lesquelles la plus fondamentale, c’est sa Constitution. Ce peuple tient à la démocratie comme tous les peuples. Ce peuple tient à ce que les transitions se fassent de la manière la plus apaisée, la plus démocratique. Et qu’il fait seul, le dernier choix à celle où à celui qu’il veut confier le destin de son pays», a-t-il dit.
Restant toujours sur la même lancée, il ajoute : «C’est ce Président de la République qui instrumentalise la justice pour s’attaquer, tous les jours, à l’opposition, à la Société civile, à la presse, à tous les symboles d’une démocratie vigoureuse et à tous les symboles de la vitalité démocratique, de l’aspiration démocratique d’un pays».

«C’est cet homme-là qui vient se présenter devant vous comme étant un Messie, il veut vous faire croire»

L’histoire qui vaut aux deux députés, Massata Samb et Mamadou Niang, leurs déboires judiciaires, n’a pas été laissée en rade. La conférence des leaders de la Coalition Yewwi askan wi dit être déterminée à initier une contre-expertise médicale. «Nous vous annonçons, dores et déjà, que nous allons demander une contre-expertise de ce certificat d’hospitalisation, parce que d’aucuns disent que cette bonne dame n’est pas du tout enceinte. Ils ne devront pas être condamnés sur du faux, sur des mensonges. Et ce régime nous a habitués aux faux et aux mensonges», a dit le Dr Cheikh Tidiane Youm.
Ce dernier regrette le sort des deux parlementaires inculpés dans cette affaire et en pleine session, pour coups et blessures volontaires. «Les deux camarades ont été victimes de l’incurie, par un soi-disant président de l’Assemblée nationale qui a tout fait sauf dire la vérité. A cause de l’incompétence et l’incurie de cet épouvantail, aujourd’hui, nos deux camarades sont encore en prison. S’il était considéré comme président de l’Assemblée nationale, s’il avait fait respecter le Règlement intérieur de cette Assemblée, on n’en serait pas là aujourd’hui. Donc, nous leur disons simplement de tenir bon. Le combat ne fait que commencer. Mais, nous les attendons de pied ferme», a-t-il prévenu.

#Oumar_Corréa